There are no breaking news at the moment

Par exemple, dans un roman policier, s’il y a beaucoup de conflits créés tout au long de l’histoire, alors la résolution devra être plus longue. Cependant, pour un genre comme le romantisme, où le conflit est singulier – celui des protagonistes ne pouvant être ensemble, la résolution peut être courte. Une fin positive peut se résoudre avec les deux qui se terminent ensemble, en se remémorant ce qui s’est passé et en allant de l’avant.

Structure dramatique

Le romancier allemand Gustav Freytag a inventé ce concept, qui a été principalement développé pour étudier la structure du théâtre grec ancien et des pièces de Shakespeare. On l’appelait aussi la pyramide de Freytag. Il décrit essentiellement comment ces drames ont été construits et dans quel ordre ils se sont déroulés. La structure est la suivante.

Exposition

L’exposition est l’introduction à l’histoire. La toile de fond de l’intrigue, l’histoire, la personnalité et la situation des personnages, le décor et le thème de l’histoire, ainsi que le conflit principal, font tous partie de l’exposition.

Action à la hausse

C’est le moment où l’histoire prend son envol et atteint son apogée. C’est l’accumulation de l’action principale. Cette partie de l’histoire doit être bien faite, afin d’obtenir un maximum d’effet de l’apogée.

Point culminant

C’est le point culminant de l’histoire, où l’intrigue change de direction. Elle peut tourner au mieux ou au pire pour le protagoniste, selon qu’il s’agit d’une comédie ou d’une tragédie.

Action en cas de chute

Ceci peut être décrit comme la confrontation finale entre le protagoniste et le conflit/antagoniste dans l’histoire.

Résolution

C’est là que l’histoire se termine et que l’intrigue s’effiloche. Le lecteur en vient à savoir ce qui s’est réellement passé, et le sort des personnages est également clair.

Les drames anciens suivaient généralement cette voie. Dans les temps modernes, avec des histoires et des styles d’écriture de plus en plus excentriques, les lignes de cette structure peuvent souvent s’estomper, les différents aspects suivant à chaque fois un ordre différent.

Quelques exemples shakespeariens

Roméo et Juliette

Dans cette histoire classique, le conflit est que les deux amants sont issus de familles en guerre et que leur amour est inacceptable. Ils décident donc de s’enfuir et de se marier. Ici, la résolution de l’histoire est le malentendu entre Roméo et son frère, qui fait croire à Roméo que Juliette est morte, alors qu’elle vient de prendre une potion pour dormir. Il se tue par chagrin. Quand Juliet se réveille et le trouve mort, elle se tue aussi. Leur mort rapproche enfin les familles.

Hamlet

Le conflit dans Hamlet est que même si le prince Hamlet veut venger la mort de son père bien-aimé, sa nature timide et son incapacité à prendre l’initiative audacieuse de tuer son oncle continuent de le dissuader d’atteindre son but. La résolution se présente sous la forme d’un prince qui prend finalement la vie de son oncle méchant, après que ce dernier ait comploté son meurtre et l’ait empoisonné avec succès. Face à sa mort imminente, Hamlet a le courage et l’énergie nécessaires pour enfin rembourser son oncle qui a tué son père.

Une conclusion incorrecte ou à moitié faite peut sérieusement nuire à la réputation d’un auteur. Personne n’aimerait lire un roman qui ne résout jamais le conflit dans l’histoire, n’est-ce pas ? Je veux voir dans la réalité ce que[ma grand-mère] avait vu plus parfaitement dans l’œil de l’esprit, et j’ai parcouru quinze cents milles pour commencer mon pèlerinage ».

– L’auteur, sur la raison pour laquelle il a fait le voyage à Rainy Mountain.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*