Elle atteint enfin Natchez. Elle peut voir le clocher, les cabanes, les enfants qui courent partout, les gens qui s’agitent. La ville est animée par l’esprit de Noël. Elle attend brièvement sur le trottoir. En arrêtant une femme qui s’approche d’elle, les bras chargés de cadeaux, Phoenix lui demande si la gentille dame lui attacherait ses lacets, car elle est trop vieille pour le faire elle-même. La femme est obligeante. Phoenix continue de marcher jusqu’à ce qu’elle atteigne enfin un grand bâtiment. En y entrant, elle grimpe l’imposant escalier qui mène au cabinet du médecin. Puisqu’elle ne sait pas lire, elle doit compter sur sa mémoire.

Une fois là-bas, elle semble entrer en transe. Quand le préposé lui demande pourquoi elle est venue, elle ne semble pas entendre et continue à fixer le mur. L’infirmière entre et explique au préposé qui est la vieille dame et pourquoi elle est ici. Elle demande ensuite à Phoenix de s’asseoir et s’informe au sujet de son petit-fils. Phoenix ne répond pas jusqu’à ce que l’infirmière demande si son petit-fils est mort ; c’est alors qu’elle revient soudainement au présent. Elle dit à l’infirmière qu’il n’est pas mort, qu’il va guérir et qu’elle continuera à venir chercher ses médicaments aussi longtemps qu’il en aura besoin.

L’accompagnateur donne le médicament à Phoenix et le marque comme un cas de charité. Elle offre également à Phoenix une pièce de cinq cents en guise de  » cadeau  » de Noël. Phoenix les remercie, se lève et commence à partir. Sa dernière phrase explique pourquoi elle collectionne les deux pièces de cinq cents ; elle veut acheter un moulinet à son petit-fils pour Noël. Elle se retourne ensuite et commence à descendre les marches pour rentrer chez elle.

Les personnages

Phoenix Jackson

L’histoire dépeint l’amour éternel de la vieille femme pour son petit-fils et le fait qu’elle fera tout pour le protéger. Son nom symbolise le véritable oiseau phénix, qui vole aussi sur de grandes distances pour guérir les gens avec ses larmes.

Son apparence est décrite comme « ….une couleur dorée courait sous[sa peau], et les deux boutons de ses joues étaient éclairés par un jaune brûlant sous l’obscurité. Sous le chiffon rouge, ses cheveux tombèrent sur son cou dans les boucles les plus frêles… » Le phénix a des plumes rouges et des ailes jaune doré.

Cet oiseau est connu pour vivre pendant mille ans, après quoi il s’envole vers la ville soleil d’Héliopolis, pour brûler en cendres et renaître. Dans l’histoire, Phoenix Jackson se rend régulièrement à Natchez. Et elle est très âgée, comme le suggèrent les lignes : « Ses yeux étaient bleus avec l’âge. Sa peau avait un motif de rides ramifiées innombrables et comme si un petit arbre entier se tenait au milieu de son front… »

Une autre ressemblance avec l’oiseau, c’est quand elle entre dans la clinique et entre en transe – « Il y avait une raideur fixe et cérémonielle sur son corps », puis « un scintillement, puis une flamme de compréhension sur son visage, et elle dit… ». – qui symbolise la mort et la renaissance du phénix.

Le chasseur

Le chasseur sauve Phoenix du fossé, car elle est incapable de sortir d’elle-même. Il n’éprouve pas vraiment de compassion envers elle, et pointe même son arme sur elle comme une blague grossière.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*